Techniciens réseaux câblés de communication : le très haut débit booste les recrutements – Mission Formation Conseil

Techniciens réseaux câblés de communication : le très haut débit booste les recrutements

Le déploiement en France va nécessiter la formation et le recrutement de nombreux techniciens de niveau bac à bac+2/3. Des métiers manuels et techniques pour lesquels on peut se former en apprentissage en quelques mois.

Le très haut débit arrive car la France s’est engagée dans un vaste plan d’investissement pour déployer la fibre optique sur tout le territoire. Plus de 50% de la population était déjà équipée ! Concrètement, cela nécessite de gros travaux d’installation pour tirer la fibre et raccorder les habitations en ville ou à la campagne…
« C’est le plus grand chantier d’infrastructures des dix prochaines années en France, explique Etienne Dugas, président de la FIRIP, Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (FIRIP) qui se charge d’équiper les zones rurales soit 43% de la population. Les grands opérateurs privés de télécoms, eux, vont déployer la fibre pour les 57% de la population située en ville.
Pour mener à bien ces travaux d’Hercule, il faut des bras et de nouvelles compétences. On estime que 40 000 postes vont être à pourvoir dont 13 000 créations pour apporter la fibre à chaque habitant ce que résume l’acronyme « Fiber To The Home » (FTTH).

 

Fiber to the Home (FTTH) : trois grandes familles de métiers

Trois grandes familles de métiers sont concernées par le déploiement de la fibre optique :

– Les métiers de la négociation et du commerce
Les opérateurs qui installent la fibre vont avoir besoin de négociateurs, de commerciaux télécoms pour proposer les raccordements et commercialiser leurs offres auprès des particuliers et des entreprises. Des chargés d’affaires FTTH vont coordonner les projets et encadrer leur réalisation.

– Les métiers des études
Dans les cabinets d’études, il faut des piqueteurs pour faire des relevés terrain, des dessinateurs projeteurs FTTH, des coordinateurs de projets pour étudier la faisabilité et le suivi des installations.

– Les métiers des travaux
C’est là que les recrutements sont les plus nombreux. Le tireur de câble doit poser des câbles en aérien et en souterrain. Le monteur-raccordeur soude les raccordements et peut également faire du tirage de câble dans les immeubles.
Le technicien fibre optique, lui, est plus qualifié car il contrôle les fibres raccordées. Le technicien réseau et maintenance FFTH entretient un réseau en fibres optiques…

Selon la taille des entreprises, les métiers sont plus ou moins spécialisés. Dans les PME, les techniciens doivent cumuler les compétences : savoir poser les fibres et faire la relation clients par exemple.

Trois titres professionnels reconnus par l’État

Trois certifications professionnelles ont été reconnues par l’État dont deux sont directement liées à l’installation de la fibre : le titre d’installateur de réseaux câblés de communication » (IRCC) et celui de « Technicien de réseaux câblés de communication » (TRCC). L’installateur tire et pose les câbles de communications  en intérieur d’immeuble mais aussi en aérien, en souterrain ou en façade : une activité à la fois technique et sportive ! Le technicien réalise les travaux d’étude, de mise en service et de maintenance. Un troisième titre certifié a été reconnu par l’État : celui de « Technicien service de la maison connectée », qui forme à la fois aux technologies du raccordement internet, mais aussi à la gestion de tous les systèmes électriques et numériques de la maison.

Des formations courtes et en apprentissage

Les jeunes bacheliers peuvent préparer ces titres professionnels en apprentissage dans des CFA comme ceux du réseau Ducretet (8 sites en France) ou au lycée Lavoisier de Méru (60). Avantage : la formation est courte, 12 mois à peine, et surtout très opérationnelle, car quand les apprentis ne sont pas en entreprise, ils apprennent à poser la fibre sur des plateaux techniques reproduisant le réel.

De nombreuses formations pour les + 26 ans

Pour les plus de 26 ans souhaitant se réorienter vers ces métiers, il existe également des formations de quelques semaines à quelques mois. On peut par exemple préparer un « certificat de qualification professionnelle » (CQP) de « monteur-raccordeur Ftth ».
Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un de nos conseillers Miforco, car l’État va financer beaucoup de formations (ou de « préparation opérationnelle à l’emploi ») pour aider les entreprises à trouver leur main d’œuvre.

Des métier d’avenir pour tous les usages du « Smart Home »

Les installations devront d’abord être entretenues et contrôlées, mais surtout, le déploiement de l’internet à haut débit permettra aussi la mise en place de nombreux services et objets connectés. On recrutera alors de nombreux « techniciens de la maison connectée » pour réaliser l’installation, le paramétrage, la mise en service et la maintenance des équipement multimédia et robotique de la maison… La reconnaissance du nouveau titre professionnel de Technicien Services de la maison connectée » (TSMC), formation postbac de 12 mois en apprentissage créée par le Réseau Ducretet est une nouvelle preuve de l’arrivée de ces nouveaux débouchés.