La motivation des apprenants avec des méthodes pédagogiques – Mission Formation Conseil

La motivation des apprenants avec des méthodes pédagogiques

Il arrive que devant le constat d’un manque apparent de motivation des apprenants, un formateur soit conduit à s’interroger sur sa « méthode pédagogique ». Quelles méthodes employer pour favoriser leur engagement ? Quels outils utiliser pour faire en sorte de maximiser leur implication et leur participation ?…

Favoriser la motivation et l’engagement des apprenants

Il n’existe actuellement pas de moyens pour motiver les apprenants à leur place, la bonne nouvelle c’est que, en tant que formateur, vous disposez de moyens pour permettre de favoriser la motivation et l’engagement des apprenants. C’est-à-dire de mettre en place les conditions nécessaires pour permettre aux participants de développer leur propre motivation, de trouver le sens qu’ils souhaitent donner eux-mêmes à l’activité d’apprentissage. Ce n’est pas d’une garantie à 100%, étant donné que la motivation dépend de facteurs internes et externes à l’apprenant que vous ne maîtriserez sans doute jamais en totalité.

Méthodes pédagogiques à tester et mettre en place

  • Les pédagogies ludiques : consistent simplement à intégrer des jeux dans vos dispositifs de formation ! À notre époque, cela pourrait vous sembler banal et pourtant il est maintenant scientifiquement prouvé depuis plusieurs années que le jeu constitue la source n°1 d’engagement et de motivation parmi les apprenants en formation. Que ce soit sous forme présentielle (comme les jeux de rôles ou les jeux-cadres d’entreprise) ou en ligne (comme les Serious Games).
  • Les pédagogies participatives (appelées également pédagogies actives ou interactives) : on entend généralement des séquences d’apprentissage permettant aux apprenants de coopérer et de collaborer, souvent dans le but de réaliser un objectif commun, les apprenants sont invités à interagir et partager entre eux sur base d’un certain matériel pédagogique, et sont ensuite amenés à produire un résultat concret (une synthèse de leurs apprentissages, un rapport, ou encore un produit nouveau).
  • L’animation non-directive des groupes : n’est pas à proprement parler une méthode pédagogique, mais elle mérite de figurer dans ces exemples de méthodes. Pourquoi cela ? Parce qu’elle permet au formateur ou à l’animateur de mettre en place les conditions favorables à une dynamique de groupe positive… et donc indirectement à favoriser l’engagement des participants.

Le formateur adopte dès lors une posture d’animateur et n’intervient que pour réguler les partages et échanges entre participants. Il n’intervient que très peu (voire pas du tout) sur le fonds de ceux-ci. Si vous n’êtes pas convaincu ou si vous hésitez à intégrer ces méthodes, faites le test : un groupe en pédagogie « classique » et un groupe en pédagogie « active », ou un groupe « avec jeux », et un autre « sans jeux ». Constatez la différence de participation et d’engagement par vous-même !